Accueil LIGUE 1 NEWS US Biskra : Le président Farès Benaïssa suspendu un mois ferme

US Biskra : Le président Farès Benaïssa suspendu un mois ferme

0
PARTAGER

Le président de l’US Biskra Abdallah Farès Benaïssa a été suspendu pour un mois ferme, à compter du 19 août courant, « pour atteinte à la dignité et à l’honneur d’une personne », lors de la 36e journée de Ligue 1, ayant vu son équipe l’emporter (1-0) contre l’AS Aïn M’lila, a annoncé mardi la Commission de discipline de la Ligue de football professionnel .

Le premier responsable des Zibans avait été suspendu à titre préventif juste après les faits, en attendant le verdict final, qui devait être prononcé lundi, juste après son audition par la Commission de discipline.

« Pour les faits qui lui sont reprochés, Benaïssa devra également s’acquitter d’une amende de 100.000 DA » a poursuivi l’instance, ayant invoqué l’article 74/2 dans la prise de cette décision.




D’autres sanctions ont été prononcées par la commission de discipline, dont une grande majorité pour contestation de décision, en ce qui concerne les joueurs, et pour non respect de certaines dispositions réglementaires, en ce qui concerne les clubs.

Ainsi, les joueurs Riad Gharrich (OM) et Omar Hadji (PAC) ont écopé d’un match de suspension ferme, en plus d’une amende de 30.000 DA pour contestation de décision. Pour sa part, l’attaquant du NA Husseïn Dey, Mourad Benayad a écopé de quatre matchs de suspension, dont deux avec sursis, pour « non respect du protocole sanitaire dans l’enceinte du stade pendant la rencontre », ayant opposé son équipe au WA Tlemcen.




Par ailleurs, les clubs Olympique Médéa, RC Relizane et JS Kabylie ont écopé d’une amende de 200.000 DA chacun, « pour absence de l’entraineur en chef sur la main courante ». De leur côté, l’USM Alger et le CR Belouizdad ont écopé d’une amende de 100.000 DA chacun, « pour la présence de certains membres de leurs personnels respectifs dans le couloir des vestiaires » a expliqué la même source.

Enfin, et déjà sanctionnés pour les motifs suscités, le CRB et le NAHD ont écopé d’une autre amende, de l’ordre de 200.000 DA, « pour non respect du protocole sanitaire », comme cela avait été signalé par Covid-manager.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici