PARTAGER

L’ancien président de la FIFA Sepp Blatter a déclaré lundi à qu’il avait quitté son poste en raison de la très forte pression exercée par les autorités américaines au moment où celles-ci enquêtaient sur la corruption au sein de l’institution qu’il dirigeait.

« Ils ont dit : « La tête doit tomber ! » J’ai remis mon mandat et soudain, la FIFA n’était plus considérée comme une organisation mafieuse par la justice américaine mais comme une victime  » affirme l’ancien patron de la FIFA lors d’un entretien avec l’agence de presse suisse Keystone-SDA.




A peine réélu, Blatter avait démissionné le 2 juin 2015, peu après l’arrestation de plusieurs officiels de la FIFA à Zürich. Quatre mois plus tard, la commission d’éthique de la FIFA décidait de le suspendre. A l’époque, Blatter avait répété qu’il n’avait pas démissionné. Sauf que, lors de l’élection suivante pour la présidence de la FIFA, il n’avait pas été autorisé à se présenter.

D’autre part, le Valaisan ne mâche pas ses mots à l’encontre de son compatriote Gianni Infantino, l’actuel président de la FIFA. « Il semblait que Gianni Infantino voulait s’ouvrir la voie de la présidence », dit-il. Pour Sepp Blatter, Michel Platini aurait été également la victime de ces manoeuvres.




Gianni Infantino veut transformer le football en une gigantesque machine à fric », poursuit Blatter. « Il veux que tout soit plus grand. La Coupe du monde avec 48 équipes, le projet Goal rebaptisé « Hattrick » parce qu’il veut trois fois plus d’argent, une grande Coupe du monde des clubs avec 24 équipes, faire passer la Coupe du monde féminine de 24 à 32 équipes. Ce n’est pas possible, c’est trop lourd à digérer. »




Gianni Infantino joue-t-il avec le feu? « Il joue avec lui-même parce qu’il est imbu de lui-même. Il est devenu mégalomane. Dans son arrogance, il ne parle plus aux présidents des associations mais uniquement aux chefs d’Etat. »

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here