Accueil FAF Le président de la FAF à propos du changement du système de...

Le président de la FAF à propos du changement du système de compétition : « C’est une démarche inévitable »

0
PARTAGER

Le président de la Fédération algérienne de football (FAF) Amara Charaf-Eddine, a qualifié dimanche d »‘inévitable », le nouveau système de compétition de la Ligue 1 professionnelle à 16 clubs, à partir de la saison 2022-2023, et adopté à la majorité par les membres de l’assemblée générale, réunis en session extraordinaire.

« L’objectif de changer le système de compétition est de trouver l’efficacité. Avec 20 clubs, ça n’a pas été bon, que ce soit sur le plan sportif ou celui de la performance. Ce changement du système va donner lieu à un championnat disputé et crédible. Ce n’était pas une priorité, mais c’était inévitable », a indiqué le patron de l’instance fédérale, lors d’un point de presse organisé à l’issue des travaux de l’assemblée générale extraordinaire (AGEX).

Les membres de l’AG de la FAF, réunis dimanche à Alger en session extraordinaire, ont adopté à la majorité, le retour à une Ligue 1 à 16 clubs, à partir de la saison 2022-2023. 70 membres ont dit oui à la proposition formulée par la FAF, alors que 5 se sont opposés. Au terme de la saison en cours, qui s e jouent avec la participation de 18 formations, quatre clubs seront rétrogradés en Ligue 2 amateur. Par ailleurs, les deux champions des deux groupes (Centre-Est et Centre-Ouest) de la Ligue 2 accéderont en Ligue 1.




En revanche, la Ligue 2 amateur va préserver son système actuel avec deux groupes de 16 équipes chacun.  » Nous n’avons pas effectué un changement radical, mais il s’agit juste d’un retour à la normal avec une formule d’avant 2019 avec 16 clubs. Le système adopté en 2019 avec un championnat à 20 clubs s’est avéré un échec, nous avons tous vu ce qui s’est passé durant les 38 journées, et les conséquences qui en ont découlées », a-t-il ajouté.

Le président de la FAF n’a pas hésité à remettre en cause le système « défaillant » à 20 clubs, adopté lors de la saison 2020-2021, sous l’ère de son prédécesseur Kheïreddine Zetchi.

« Disputer un championnat à 20 clubs, a fini par créer un déséquilibre à tous les niveaux, chose qui nous a poussé à revenir à un système classique à 16 clubs. Nous avons constaté que la gestion avec laquelle était gérée la compétition n’était pas efficace. Nous avons opté pour la normalisation des choses », a précisé Amara Charaf-Eddine.




Interrogé sur le projet d’une élite à 12 clubs, comme souhaité par le ministre de la jeunesse et des sports, Abderrazak Sebgag, le président de l’instance fédérale a expliqué qu’il s’agit d' »une idée qui a été évoquée ».

« La commission mixte MJS-FAF, chargée de l’évaluation de la situation du professionnalisme, a été créée afin de trouver des solutions pour une nouvelle relance du football professionnel, d’autant que le bilan des dix premières saisons du professionnalisme en Algérie s’est révélé négatif. C’était impossible de continuer à adopter un système défaillant.

Parmi les propositions de ladite commission c’était un championnat à 12 clubs, mais juste une idée qui a été discutée, pas plus ». Avant d’enchaîner :  » Quant au nouveau système de compétition du football amateur, c’est aux membres du Bureau fédéral de trancher, lors de la prochaine réunion, prévue le 28 novembre. Je vais leur soumettre les modalités d’accession et de relégation pour adoption ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici