Accueil MERCATO Les joueurs étrangers continuent de mener la vie dure aux clubs algériens

Les joueurs étrangers continuent de mener la vie dure aux clubs algériens

0
PARTAGER
Les joueurs étrangers continuent de mener la vie dure aux clubs algériens
Sharaf Eldin Shiboub

Les clubs algériens, dont les dirigeants passent leur temps à se plaindre de l’indisponibilité du nerf de la guerre alors qu’ils sont censés être gérés par des sociétés sportives par actions, se retrouvent, pourtant pendant chaque mercato, en train de jeter des milliards par la fenêtre notamment au profit de joueurs étrangers.

Cet été, nos clubs n’ont pas dérogé à la règle, puisque certains d’entre eux se sont retrouvés sous l’épée de Damoclès de la FIFA. La plupart, pour ne pas dire toutes, les affaires traitées par la commission spécialisée de la première instance footballistique mondiale inhérentes à des plaintes déposées par des joueurs étrangers contre des clubs algériens ont tous été en faveur des joueurs étrangers.

Évidemment, les clubs concernés sont dans l’obligation de s’acquitter des sommes réclamées, estimées pour la plupart à des milliards de centimes, pour éviter d’éventuelles sanctions de la FIFA.

Cette dernière, et selon ses règlements en vigueur, va jusqu’à reléguer toute formation n’ayant pas appliqué ses verdicts. Face à cette sérieuse menace, le CS Constantine par exemple vient de régler le cas de son ex-joueur malien Mahamadou Traoré en payant la somme dûe (1, 6 milliard).

Reste néanmoins le cas de son ex-joueur soudanais Sharaf Eldin Shiboub. Selon nos informations, les négociations sont en cours pour le payement de la dette de 4 milliards de centimes avec l’avocat tunisien du joueur.

Si le CSC règle le second cas ( Sharaf Eldin Shiboub), la FIFA lèvera l’interdiction de recrutement et le club pourra qualifier ses nouvelles recrues. Pour sa part, l’ES Sétif vient d’annoncer avoir réussi à apurer toutes ses dettes envers ses anciens joueurs étrangers qui avaient eu gain de cause auprès de la FIFA.

Il s’agit des dossiers du Malgache Amada, du Ghanien Daniel Loumouté et de son ex-club Wafa, ainsi que celui du Malien Malik Touré. Cela a entrainé de fortes dépenses pour le club d’Aïn El-Fouara, au moment où sa direction ne cesse de se plaindre de la crise financière à laquelle elle est confrontée depuis un bon bout de temps.

Il faut dire que même le MC Alger, pourtant parrainée par la plus grande firme pétrolière en Afrique, le Groupe Sonatrach, est exposé à son tour à des sanctions de la part de la FIFA s’il ne venait pas de s’acquitter de près de dix milliards de centimes au profit du Camerounais Rooney et du Soudanais El-Ghorbal.

Pour la petite histoire, le premier nommé n’a joué que quelques bribes de minutes sous le maillot des Vert et Rouge avant qu’il ne voit son contrat résilier unilatéralement ce qui l’a poussé à saisir la FIFA.

Quant au second, il a vu son contrat résilié aussi mais avant même qu’il effectue la moindre séance d’entrainement avec sa nouvelle équipe qu’il devait rejoindre en début de l’année 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici