PARTAGER

Comme on pouvait s’y attendre, la fête fut grandiose avant-hier soir au stade du 5-juillet. Après un mois et demi de son sacre africain ramené du Caire, l’équipe nationale a tenu à le fêter devant ses fans à l’occasion de sa première sortie post-CAN contre le Bénin. Un match, amical soit-il, mais qui était très appréhendé dans le camp algérien, et ce, pour plusieurs raisons.

On peut citer notamment cette crainte de voir les joueurs algériens ne pas encore descendre de leurs nuages ce qui allait les exposer à un danger certain face à un adversaire qui s’est déplacé à Alger avec un moral au beau fixe après avoir réussi un très bon parcours lors de la précédente messe footballistique continentale quand il avait atteint pour la première fois son histoire les quarts de finale. Aussi, pas plus tard de la fin de la semaine passée, cette sélection béninoise s’était offert le luxe de battre en amical la Côte d’Ivoire à Paris, confirmant par là même sa nette progression traduite aussi par son invincibilité depuis le début de cette année.

En tout cas, l’entraineur national, Djamel Belmadi, avait raison de faire les éloges de son adversaire du jour à l’issue de la partie, avouant qu’il s’agit d’une équipe très difficile à manœuvrer, et qui dispose d’éléments très doués notamment en attaque.




C’est dire que même si les joueurs algériens étaient toujours gagnés par l’euphorie, surtout qu’à leur menu pour l’occasion il y avait une grandiose fête à célébrer en fin de match avec les fans, il n’en demeure pas moins qu’ils n’ont pas perdu beaucoup de leur concentration. Ils auraient même aspirer à gagner avec un score large s’ils avaient bien exploité les nombreuses occasions qu’ils se sont créées dans les deux mi-temps, sauf qu’il manquait à chaque fois cette dernière touche.

Malgré cela, l’unique but de la partie signé par Slimani, de surcroit sur penalty à la 72’, a suffi pour les Algériens pour que leur joie soit complète pour la circonstance, surtout que le rendez-vous était également de faire les adieux du défenseur central Rafik Halliche qui a joué ses dernières dix minutes sous les couleurs nationales après avoir décidé de prendre sa retraite internationale.

Halliche s’en est ainsi allé avec la meilleure manière possible. En effet, le stade du 5-Juillet a connu une ambiance qui rappelle les scènes de liesse et de joie des Jeux méditerranéens de 1975 et la finale de la coupe d’Afrique des nations de 1990. Le public a fêté le sacre décroché par l’équipe nationale de football, le mois de juillet dernier en Egypte, quand elle avait remporté la CAN-2019.




L’équipe nationale, qui craignait souvent de se produire sur le terrain du 5-juillet, a été chaleureusement accueillie par le très exigeant public du grand stade de la capitale. En ce sens, ce public s’est réconcilié avec les Verts et a tenu à rendre un vibrant hommage aux champions d’Afrique en titre, d’autant plus qu’il s’agit de leur première sortie après la finale remportée de ma CAN-2019.

Belmadi a apprécié l’hommage du public à l’équipe nationale. Le moment fort de ces retrouvailles public-équipe nationale, c’est lorsque les joueurs ont fait un tour d’honneur en entonnant la chanson «On est là», devenue l’hymne de l’équipe nationale.

A la fin de la rencontre, Belmadi a déclaré que «le plus important c’était de gagner et de procurer de la joie au public». Belmadi s’est félicité de la production des joueurs et a relevé sa satisfaction car il essayé plusieurs joueurs à l’occasion de ce match. Pour ce qui est de la rencontre, il a estimé que l’Algérie aurait pu l’emporter par un score lourd.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here