PARTAGER

L’ASM Oran, qui aspire toujours à accéder en Ligue 1 de football à l’issue de l’exercice en cours, aura besoin d’au moins 30 millions de dinars pour terminer la saison dans des « conditions normales » après la décision du bureau fédéral de la FAF d’aller au terme de l’actuelle édition du championnat.

Privée de sponsors depuis le début de cet exercice, la formation de « M’dina J’dida » table sur une aide spéciale de la part des autorités locales pour faire face à ses obligations, si la compétition, à l’arrêt depuis la mi-mars dernier en raison de la pandémie du Covid-19, venait effectivement à reprendre, a précisé à l’APSla direction du club oranais.




Le deuxième club phare de la capitale de l’Ouest fait face à une crise financière aigüe depuis plusieurs années. Sa situation a davantage empiré depuis l’été dernier, puisqu’hormis quelques primes de matchs que ses responsables ont pu accorder à leurs joueurs, ces derniers n’ont encore perçu aucun salaire, « une situation inédite », avait commenté dernièrement l’entraineur de cette équipe, Salem Laoufi, dans une déclaration à l’APS.

Face justement à cette impasse dans lequel se retrouve le club, et même si son coach croit toujours dur comme fer en les chances des siens de terminer parmi les quatre premiers, synonyme d’un retour parmi l’élite après cinq ans d’absence de ce palier, la direction de l’ASMO table toujours sur un arrêt définitif du championnat.




Cela s’est traduit, il y a quelques temps, par une initiative de la part du club pour rassembler les formations de l’Ouest en vue d’entreprendre une action commune visant à réclamer une fin prématurée de l’exercice. Cette initiative justifiée par l’incapacité de ces clubs de faire face aux dépenses supplémentaires engendrées par l’application du protocole sanitaire qui devrait être mis en vigueur lors de la reprise de la compétition, a été vouée à l’échec, rappelle-t-on.

Dos au mur, la direction de l’ASMO, qui cumule plus de 15 millions de dinars comme dettes relevant de l’exercice passé, place tous ses espoirs sur les autorités locales pour venir à son aide si les pouvoirs publics donneraient leur feu vert pour la reprise du championnat, après que la FAF ait transmis, mardi, le protocole sanitaire au ministère de la tutelle, en prélude d’un retour à la compétition.




Avant l’interruption du championnat, les Vert et Blanc occupaient la huitième place au classement avec 32 points, distancés de quatre unités par le quatrième et dernier potentiel promu, le RC Relizane, mais ils comptent un match en moins, et ce, avant sept journées de la clôture de l’épreuve.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here