PARTAGER

La sélection algérienne retrouve jeudi soir le stade Mustapha Tchaker de Blida, à l’occasion de la réception du RD Congo dans un match amical, le deuxième depuis le sacre africain des Verts en juillet dernier en Egypte.

L’adversaire traverse certes une période difficile après sa modeste participation lors de la précédente CAN où il a été éliminé en huitièmes de finale, mais il demeure un bon sparring-partner pour les protégés de Djamel Belmadi qui, sans doute, va procéder à une large revue d’effectif, surtout qu’il aura encore à jouer un second match amical mardi prochain contre la Colombie à Lille.




Déçu de ne pas avoir bien profité de la précédente date FIFA quand il a été contraint de livrer une seule empoignade contre le Bénin, Belmadi devra dès ce soir donner leurs chances aux joueurs qui n’étaient pas concernés par la précé- dente sortie au stade du 5-Juillet.

Un simple regard sur la liste des 23 que le 4ème meilleur coach au monde a établie, nous permet de constater qu’il a préféré privilégier la stabilité au sein de son effectif. Ainsi, ce stage et les deux matchs amicaux face à la RDC et la Colombie vont lui permettre d’améliorer les automatismes dans certains compartiments pour être plus performant à l’avenir, enchaîner d’autres succès pour rester toujours sur la lancée de bons résultats, en plus du fait de vouloir améliorer le classement FIFA de l’EN, avant le coup d’envoi des éliminatoires de la CAN 2021 en novembre prochain avec deux sorties officielles pour les Verts qui accueilleront la Zambie à Blida, puis se déplaceront à Gaborone face au Botswana.




Du coup, le sélectionneur, qui a reconduit les mêmes, n’a pas voulu prendre de risque, sauf quelques changements obligatoires forcés, comme Delort et Ounas, tous les deux laissés à la disposition de leur club afin de soigner leurs blessures. ce sera donc une occasion en or pour certains joueurs de prouver ce dont ils sont capables.

On pense par exemple à Lyes Chetti, le néo-arrière gauche de l’ES Tunis qui est en train de briller de mille feux dans le championnat de nos voisins de l’Est. Retenu lors du précédent stage des Verts en septembre, Chetti n’a pas disputé la moindre minute lors du match amical face au Bénin disputé au stade du 5-Juillet, se contentant de suivre la partie sur le banc de touche. Le joueur doit signer son premier match face à la sélection congolaise.




L’ancien Kabyle devra donc convaincre Djamel Belmadi pour être la doublure de Ramy Bensebaïni, suite à la blessure de Mohamed Fares et la mise à l’écart de Faouzi Ghoulam. Même cas de figure pour Ayoub Abdellaoui qui a été retenu lui aussi dans cette liste.

Le défenseur du Servette de Genève a joué une seule fois sous l’ère Belmadi. Ce fut dans ce même stade de Tchaker contre la Gambie pour le compte de la dernière journée des éliminatoires de la précédente CAN.

Avec la retraite de Rafik Halliche, une place s’est dégagée dans l’axe central. L’occasion ou jamais pour Ayoub Abdellaoui de taper dans l’œil de l’entraineur national et prendre cette place définitivement pour faire partie des 4 défenseurs axiaux avec Benlamri, Mandi et Tahrat.




Tout comme Lyès Chetti, Saïd Benrahma et Zinedine Ferhat ont été retenus dans la liste de Djamel Belmadi qui a été séduit par Ferhat, qui avait pourtant joué quelques minutes face au Bénin. Ce dernier, aligné sur le couloir droit de l’attaque, a été percutant. Par contre, Saïd Benrahma n’a pas joué face aux Ecureuils du Bénin.

Toutefois, le joueur a brillé à Brentford, en Angleterre, et c’est pour cette raison que le coach national lui a fait confiance. Dans cette liste des 23, un nom suscite plusieurs interrogations. Il s’agit de la présence d’Illias Hassani, le défenseur central du club bulgare de première division, Arda Kardjali.

Une présence et des interrogations. Pourquoi ce joueur a-t-il été retenu alors qu’il a déjà montré ses limites par le passé ? L’ancien sélectionneur, l’Espagnol Lucas Alcaraz, l’avait retenu à l’occasion de son premier rendez-vous international face à la Zambie à Lusaka lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2018. Mieux encore ! L’Espagnol avait décidé de le titulariser, avant de se rendre compte qu’il ne pouvait pas être utile à l’EN.

Ce jour-là, les Verts s’étaient inclinés (3-1) face aux Chipolopolos. Depuis, Illias Hassani n’a eu que deux autres convocations en sélection, sans pour autant être utilisé. À chaque fois il se contentait de suivre les matchs du banc de touche.

Belmadi, qui a sans doute suivi de près ce joueur et croit dur comme fer en lui, exactement comme il l’a fait avec d’autres joueurs dont la présence à la CAN avait suscité au départ des interrogations, a jeté la balle dans le camp de Hassani en déclarant mardi qu’il appartient désormais au joueur de valider ou non sa prochaine convocation en sélection.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here