PARTAGER

Le président de la Ligue de football professionnel Abdelkrim Medouar a assuré mercredi qu’il n’avait « aucun problème » avec la JS Kabylie, en guise de réaction aux propos tenus par le président de la JSK Chérif Mellal, suspendu pour une année dont six avec sursis.

« En tant que premier responsable de la LFP, je n’ai jamais réagi aux propos tenus par les responsables de ce club. La JSK reste un grand club historique de par ses nombreux titres et présidents qui ont défilé à sa tête.



Ceux qui pensent que Medouar a le moindre problème avec la JSK, ils se trompent. La JSK est un symbole, je ne suis pas en train de jeter des fleurs », a affirmé Medouar peu après la fin de la réunion tenue au Centre technique national de Sidi Moussa (Alger) avec les présidents des clubs professionnels.

Le président de la JSK, Chérif Mellal, n’a pas hésité à critiquer ouvertement Medouar et la LFP, suite au décalage pour 24 heures du match face à l’USM Alger, et récemment à l’issue du match en déplacement face au CABB Arréridj, les rendant pour responsables d’une « campagne d’acharnement » visant son club.



« Chacun a le droit de défendre les intérêts de son club, mais il y a une manière de le faire au lieu de verser dans la polémique. Les déclarations doivent uniquement se limiter au domaine sportif et ne pas toucher à la dignité d’une personne. Le manque de respect ne doit pas exister », a-t-il ajouté.

Pour le patron de la LFP, « il ne s’agit nullement d’une position de faiblesse de (s)a part, mais par respect à la JSK, à son public et à son histoire, (il) ne va pas lui répondre ».



Avant d’enchaîner : « Nous devons privilégier l’intérêt du football national et l’apaisement, même si j’ai été touché dans mon honneur et ma dignité. Chacun de nous doit avoir un sens de responsabilité. Celui qui a un problème avec la LFP n’a qu’à se comporter d’une manière exemplaire en saisissant l’instance par courrier. Fini le temps des appels téléphoniques ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here