PARTAGER

Les membres du bureau fédéral ont renouvelé leur engagement à reprendre la compétition après la levée du confinement par les autorités compétentes, à la lumière de la pandémie du Covid-19.

Cela vient en marge de la réunion qui s’est tenue avant-hier par les membres du bureau au siège de la FAF, à Dely Brahim.




À titre de référence, la majorité des premiers et deuxièmes clubs professionnels ont exprimé leur volonté d’arrêter le championnat et d’annuler la saison, compte tenu de leur incapacité à mettre en œuvre le protocole sanitaire proposé par la FAF et la plupart d’entre eux souffrent de problèmes financiers.

Rien que pour cela, tout le monde s’attendait à ce que le bureau fédéral exauce le vœu des clubs, qui sont les principaux acteurs de la compétition. Le président de la LFP, Abdelkrim Medouar, a même présenté un rapport plaidant la cause de la quasi-totalité des clubs dans les quatre coins du pays, mais à la surprise générale, Kheïreddine Zetchi et ses pairs ne l’entendent pas de cette oreille.




Du coup, ils sont nombreux parmi les observateurs à se poser la question suivante : est-ce de l’optimisme ou de la témérité ? En tout cas, les responsables de la balle ronde en Algérie s’accrochent, comme ils peuvent, pour tenter de sauver l’exercice 2019-2020. Et ce, dans le but de s’éviter tous les tracas administratifs et les préjudices financiers que l’annulation risque de causer.

Tous les indices épidémiologiques laissaient croire que les membres du BF allaient mettre un terme au suspense concernant la poursuite des compétitions, il n’en fut rien. Le bureau fédéral «a maintenu sa décision prise en avril dernier. Seuls les pouvoirs publics décideront du sort qui sera réservé aux activités sportives et footballistiques.», indique-t-on du côté de la FAF.




Pas de vraie adaptation à la donne santé liée à la propagation de la Covid-19. Une pandémie qui enregistre une hausse inquiétante ces dernières semaines. Cela n’a pas pour autant découragé l’instance fédérale qui avait, rappelle-t-on, présenté son protocole de reprise il y a quelques jours, lequel protocole qui a fait réagir les concernés qui avouent être incapables de le mettre en application, au moment où la plupart d’entre eux sont secoués par une crise financière aiguë.




Même le conseil scientifique chargé du suivi de la situation épidémiologique en Algérie, représenté par le Dr Mohamed Bekkat Berkani, président du Conseil national des médecins, a conseillé de mettre un terme prématuré à la compétition : « La situation épidémiologique actuelle ne prête pas aux rassemblements collectifs des joueurs. Ce n’est pas encore le moment de penser à la reprise des activités sportives, ça fait courir un risque inutile à tout le monde», a-t-il estimé.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here