PARTAGER

La crise sanitaire que traverse l’Algérie et le monde entier et qui est marquée par la recrudescence du Covid-19 ne fait qu’enfoncer les clubs algériens sur le plan financier, eux qui était déjà au bord de la faillite avant l’enclenchement de ladite crise.

En effet, les présidents des clubs de la Ligue, puisqu’il s’agit des seules formations autorisées à reprendre la compétition dans quelques jours, commencent d’ores et déjà à se plaindre des dépenses énormes liées aux tests de Covid-19.




Le président du MCO a fait savoir dans ce registre que pour une seule opération, la trésorerie de son club est dans l’obligation de s’acquitter de pas moins de 40 millions de centimes afin de faire tester l’ensemble de son effectif et les membres des différents staffs.

Et quand on sait que cette opération est obligatoire avant chaque rassemblement, match amical ou officiel, on peut deviner d’ores et déjà que les clubs de l’élite auront à casser leurs tirelires pour respecter cette mesure principale inscrite dans le protocole sanitaire élaboré par les services compétents.




Selon certaines estimations, le coût global des tests PCR devant être effectué par les 20 clubs de la Ligue 1 avant chacun de leurs 38 matchs en championnat seulement avoisine les 38 milliards de centimes. Un chiffre effrayant au vu de la crise financière à laquelle sont confrontés la quasi-totalité des pensionnaires de la Ligue 1.

Dans la foulée, certains présidents sont favorables à l’idée d’obliger les joueurs eux-mêmes de prendre en charge les dépenses liées aux PCR. Mais les observateurs sont persuadés qu’une telle mesure sera catégoriquement rejetée par les joueurs.




Cela se passe au moment où le président de la Ligue de football professionnel (LFP), Abdelkrim Medouar a proposé que son instance prenne en charge les tests en question, pour l’ensemble des clubs de la Ligue 1 professionnelle.

« La LFP s’attelle à trouver des solutions pour un bon déroulement de la saison footballistique qui s’approche à grands pas. Nous sommes disposés à prendre en charge les tests PCR des clubs durant tout l’exercice, soit 1000 personnes, entre joueurs et staffs, par journée de championnat.




Les pouvoirs publics doivent nous aider à faire réussir cette démarche, en garantissant ce type de tests dans chaque wilaya », a indiqué Medouar à la Radio nationale.

Cependant, le patron de la LFP a conditionné la réalisation de cette opération par l’acquittement par les services de l’entreprise nationale de la télévision nationale de leurs dettes envers l’instance chargée de la gestion du championnat, relatives aux droits TV et non payés depuis au moins trois saisons.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here