PARTAGER

À présent que l’hypothèse de décréter une saison blanche a été écartée, tout le monde est dans l’attente de l’annonce de la date de la reprise de la compétition. Évidemment, cette question n’est pas du ressort de la FAF, mais des Pouvoirs publics qui vont prendre en compte l’évolution de la pandémie du coronavirus avant de trancher.

Une chose est sûre, après plusieurs semaines d’arrêt, un retour précipité à la compétition exposerait la santé des joueurs au danger. Tous les techniciens sont unanimes à mettre en garde contre un tel scénario.




En effet, ces derniers affirment que l’idéal serait un report du championnat jusqu’à la fin mois de juin pour permettre non seulement aux joueurs de passer le mois de Ramadhan en famille mais aussi entamer une nouvelle préparation pour «une mise à jour» de leurs capacités sportives.

Théoriquement, un retour à la compétition en plein été nécessite des aménagements de la programmation pour jouer les matches en nocturne, au moment où la température est clémente.




C’est un véritable dilemme auquel les instances sportives devraient trouver des solutions qui arrangeraient les affaires aussi bien des clubs que des joueurs et permettraient même à l’équipe nationale de faire face aux exigences du calendrier des compétitions Fifa.

Actuellement, les clubs affirment qu’ils ont proposé à leurs joueurs des programmes de préparation individuelle. Or, en réalité, ces programmes ne permettent que l’entretien de la forme sportive.




Et en l’absence de compétitions, la courbe de cette forme a chuté et pour la faire remonter, le recours à une nouvelle préparation est plus que nécessaire.

De plus, connaissant le manque de professionnalisme du footballeur algérien, les techniciens s’accordent à dire que rares sont les joueurs qui ont appliqué comme il se doit le programme qui leur a été soumis.

C’est pourquoi une nouvelle préparation qui engloberait aussi bien la préparation physique générale et spécifique, en plus d’une période précompétitive, est souhaitée pour permettre un bon retour à la compétition.




Théoriquement, cette préparation se déroule au minimum en trois semaines. C’est du reste l’avis du technicien, Mustapha Biskri, qui dira à ce propos : «Si par exemple la reprise du championnat est programmée pour la mi-juin, alors il faudrait au préalable au moins trois semaines de préparation intense ponctuée par deux ou trois matchs amicaux. Le risque de blessures est grand, c’est pour cela qu’il est primordial de recourir à des tests pour évaluer la condition physique de chaque joueur avant d’attaquer la préparation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here