PARTAGER
Abdelkrim Medouar, président de la LFP

On se rappelle que lorsque Abdelkrim Medouar a remporté les élections de la LFP auxquelles ont pris part trois autres candidats, il avait déclaré qu’il était déterminé à rendre à cette instance sa vraie valeur en exerçant pleinement ses prérogatives.

Autrement dit, la LFP n’avait pas les mains libres lorsqu’elle était dirigée par Mahfoud Kerbadj, qui était d’ailleurs entré en interminables conflits avec la FAF, version Zetchi, car avant l’arrivée de ce dernier, Kerbadj était en parfaite communion avec l’ex-patron de la première instance footballistique nationale, Mohamed Raouraoua.



Mais voilà qu’à peine avoir bouclé ses neuf premiers mois à la tête de la LFP, Medouar commence à se rendre compte qu’il lui était très difficile de tenir ses engagements.

C’est lui-même d’ailleurs qui sort finalement de ses gonds, même si en parallèle, il persiste et signe qu’il n’avait aucun problème avec Zetchi. Mieux, il accuse ceux qui avancent le contraire de vouloir nager dans les eaux troubles.

Il n’empêche, que l’ex-président de l’ASO Chlef songe bel et bien à jeter l’éponge. C’est lui-même qui le dit : «Je ne suis pas satisfait de ce qui se passe actuellement au niveau de la gestion de la LFP. Je ne suis pas venu pour entrer en conflit avec les gens et prendre constamment mes précautions vis-à-vis d’un fonctionnaire de la Ligue, d’un journaliste, ou d’un membre d’une structure. Si la situation persiste, je ne suis pas prêt à continuer.



Je ne peux pas rester pour me torturer davantage», a affirmé le premier responsable de l’instance chargé de la gestion des deux ligues professionnelles. Et d’ajouter : « Jusqu’au jour d’aujourd’hui, je n’ai pas trouvé ce que je cherchais au niveau de la LFP. Je me vois comme un pompier, contraint à chaque fois d’éteindre le feu. Ce n’est guère la gestion d’une Ligue professionnelle».

Tout indique donc que l’étau se resserre pour le président de la LFP qui entretient des relations difficiles avec la FAF et quelques membres du BF.

«Avant que je ne vienne, les mêmes personnes ne voulaient pas que je vienne et actuellement ils ne digèrent pas le fait que je sois président de la LFP, un membre du BF reste un membre du BF et le président reste président, ce n’est pas n’importe qui peut m’imposer ses choix», a conclut Medouar visant plus particulièrement Rachid Gasmi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here