PARTAGER

On sait qu’ils sont 15 clubs des deux Ligues de football professionnel qui sont interdits de recrutement. Le bureau fédéral, qui s’est réuni lundi, s’est montré intransigeant dans ce registre, en condition le retrait des licences des nouveaux joueurs de ces formations par le paiement par ces dernières de leurs dettes envers leurs anciens joueurs et (ou) entraineurs.

Seulement, ils sont deux clubs qui se retrouvent désormais dans une situation des plus inconfortables, pour la simple raison que leurs dettes ont atteint près de 10 milliards de centimes.

C’est ce que vient de révéler le nouveau président de la LFP, Abdelkrim Medouar, dont la tentative de convaincre les membres du bureau fédéral de repousser les délais de paiement de ces dettes a été vouée à l’échec.

Les deux formations en question sont le CRB et l’USMH, évoluant respectivement en Ligues 1 et 2. Ces deux teams algéroises risquent ainsi de débuter leur saison avec un effectif composé dans sa majorité de joueurs de leur équipe réserve.

Avant dix jours du coup d’envoi du championnat, on voit donc mal comment ces deux équipes parviennent à régler cet épineux problème financier en un laps de temps aussi court pour pouvoir qualifier leurs nouvelles recrues.

Il faut qu’aussi bien le « Chabab » qu' »Essafra », ces deux équipes ont connu de profonds changements dans leur effectif cet été. Leurs dirigeants ont procédé au recrutement de plus d’une douzaine de joueurs pour chaque équipe. En revanche, ils étaient aussi très nombreux les cadres à avoir quitté les deux formations.

Ce n’est pas tout, puisque même les joueurs qui ont décidé de poursuivre l’aventure et ceux ayant rejoint les deux équipes menacent d’ores et déjà de résilier leurs contrats pour n’avoir pas encore perçu leur dû.

On se demande d’ailleurs que feront les présidents du CRB et de l’USMH, Mohamed Laib et Mohamed Bouhafs respectivement pour honorer leurs engagements avec leurs actuels joueurs et aussi et surtout ceux ayant recouru à la CRL pour être rétablis dans leurs droits. Un début de saison pénible attend donc les Belouizdadis et les Harrachis.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here