Accueil LIGUE 1 NEWS La nouvelle saison footballistique sous de mauvais auspices

La nouvelle saison footballistique sous de mauvais auspices

0
PARTAGER
La nouvelle saison footballistique sous de mauvais auspices

La nouvelle saison footballistique, dont le coup d’envoi sera donné vendredi prochain, s’annonce sous de mauvais auspices. Aussi bien pour les clubs de l’élite que ceux de l’antichambre (Ligue 2), la situation de la majorité des pensionnaires des deux paliers n’est guère reluisante.

En effet, la quasi-totalité des clubs souffrent des retombées de la crise financière dans laquelle ils pataugent depuis un bon bout de temps. Résultats des courses : ils sont tout simplement interdits de recrutement en raison de leurs faramineuses dettes auprès d’anciens joueurs.

Du coup, les formations concernées n’ont jusque-là par réussi à qualifier leurs nouveaux joueurs, au moment où leurs effectifs respectifs ont connu des départs massifs pendant cet été. Et comme il est à écarter de les voir régler ce problème avant la première journée du championnat de Ligue 1, on s’attend à ce que leurs entraineurs respectifs recourent aux joueurs de la réserve.

Mais sans doute, le club le plus touché par la crise financière, c’est bien le HB Chelghoum Laïd. Ce dernier, qui a accédé la saison passée parmi l’élite, est menacé de forfait.

En effet, ce qui se passe avec le club du HBCL (l’équipe n’a même pas encore repris les entrainement et n’a même pas d’effectif, staff technique et administratif) illustre parfaitement l’injustice criante dans le football algérien. Des clubs auxquels l’État donne des milliards sans compter et d’autres marginalisés et laissés en rade d’une compétition censée être loyale. Cette démarche forcément biaisée des pouvoirs publics pourrait avoir de lourdes conséquences sur le plan social.

Les clubs de la Ligue deux ne sont pas du reste. La Ligue nationale du football amateur (LNFA), qui gère ce palier, a annoncé lundi que “les clubs non engagés ou qui ne se sont pas acquittés de leurs droits d’engagement avant la date butoir du 24 août courant seront considérés en forfait général”.

“Les clubs ne s’étant pas encore acquittés des droits d’engagement au titre de la saison 2022-2023 sont informés que la date limite pour le paiement de ces droits est fixée au 24/08/2022” a indiqué l’instance dans un communiqué, diffusé sur son site officiel, ajoutant que “faute de paiement dans les délais réglementaires, le ou les clubs défaillant(s) seront considéré(s) comme non engagés”.

La LNFA a même brandit une sérieuse menace à l’encontre des éventuels réfractaires, en affirmant que tout club non engagé, ou qui ne s’est pas acquitté des droits d’engagement “sera déclaré en forfait général”.

En effet, étouffés par une crise financière aiguë, certains clubs de Ligue 2 n’ont pas encore trouvé l’argent nécessaire pour s’acquitter des droits d’engagement pour la nouvelle saison 2022-2023, dont le coup de starter sera donné le 16 septembre prochain. On peut citer à ce titre deux clubs de renom, à savoir, le NA Hussein Dey et le RC Kouba.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici