PARTAGER
Cherif Mellal, président de la JSK

On pensait que tout baignait pour la JSK, le club le plus titré d’Algérie, après avoir réussi à redorer le blason terni la saison passée qu’elle a terminée à la deuxième place, mais voilà que les vieux démons sont désormais de retour au sein de la formation phare de la Kabylie.

Des manœuvres sont signalées dans l’entourage de ce club visant à destituer le président Cherif Mellal. Ce dernier, ne fait plus l’unanimité autour de lui, contrairement à ce qui était été le cas lors de ses premiers mois aux commandes de la JSK.




Cela a été d’ailleurs vérifié lors de la première sortie officielle de la saison des Canaris à domicile, lundi passé contre l’USB. Lorsqu’il a foulé le stade du 1er-Novembre de TiziOuzou, le président Mellal a été insulté par un groupe de supporters, alors qu’un autre groupe lui a affiché son soutien. Contrairement à la saison dernière où tous les supporters étaient tous acquis à sa cause, en ce début d’exercice il est en train d’essuyer d’acerbes critiques de la part de certaines parties dans le club.

Suite justement à toutes les critiques, le patron des Jaune et Vert affirme que la JSK est le club le plus professionnel en Algérie et que son projet est ambitieux, avant d’ajouter que les supporters doivent soutenir l’équipe et ne lui demander des comptes qu’à la fin de la saison.




« Les supporters doivent me juger à la fin de la saison. Tout ce que je fais est dans l’intérêt de l’équipe », a-t-il dit. Il faut dire que l’homme est déterminé à faire face à ce qu’il qualifie de ‘’perturbateurs’’. Il ajoutera à ce propos : « Je ne laisserai pas les voyous gérer le club. Je suis le président et c’est moi qui prends les décisions. Ce n’est pas à la rue de décider des affaires du club.

Il y a certains qui veulent que la JSK ne joue que pour le maintien. » Sans citer de nom, le président Mellal a indiqué que lorsqu’il était venu au club, il avait trouvé des joueurs qui payaient ceux qui les avaient imposés. « Il y a des gens qui n’ont jamais travaillé et se sucraient sur le dos de la JSK, mais j’ai mis fin à tout ça.




J’avais même des joueurs qui payaient ceux qui les avaient imposés au club. La première des choses que j’avais faite, c’était de couper les vannes à ceux qui prenaient un pourcentage sur les joueurs », a-t-il affirmé, mais il n’a cité le nom d’aucun joueur. Face à l’USB, et à la surprise géné- rale, les tribunes du stade du 1erNovembre étaient quasiment vides, alors que d’habitude elles affichaient complets.

Outre le fait que la majorité des fans sont découragés par cette lutte intestine prévalant autour des commandes du club, le fait que la direction kabyle ait décidé de revoir à la hausse le prix d’entrée au stade est également pour quelque chose dans ce ‘’boycott’’ qui ne dit pas son nom de la part de la galerie des Canaris.




Face à cette attitude des fans, Mellal demeure imperturbable. Mieux, il affirme que 500 DA est à la portée des supporters.

« On a fixé à ce prix le billet d’entrée au stade, car les supporters doivent aider le club. On ne doit pas attendre uniquement les subventions de l’Etat», a-t-il insisté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here