PARTAGER

La guerre des communiqués se poursuit entre la direction de la JS Kabylie et les instances footballistiques nationales. Les deux parties s’adonnent d’ailleurs à un spectacle désolant depuis quelques semaines.

A l’origine, le non engagement du club kabyle dans la prochaine édition de la Coupe de la CAF, alors que ses dirigeants estiment qu’il s’agit là d’un droit légitime, surtout après l’annulation de la compétition de la Coupe d’Algérie en raison de la pandémie de coronavirus. Cet arrêt devait, aux yeux des dirigeants des Canaris, conduire à la désignation de leur équipe comme deuxième représentant de l’Algérie dans la coupe de la CAF grâce à la quatrième place qu’elle s’est adjugée en championnat arrêté à la 22ème journée.

a


Depuis d’ailleurs, les responsables de la JSK ne décolèrent pas. On pense notamment au président du club, Cherif Mellal, qui enchaine les déclarations tendancieuses à l’encontre des responsables du football algérien, en particulier le président de la FAF, Kheïreddine Zetchi, ainsi que celui de la LFP, Abdelkrim Medouar. Un comportement ayant valu à Mellal d’être suspendu pour deux années avec proposition d’une radiation à vie de toute activité liée au mouvement sportif.

a


Malgré cela, la direction kabyle n’est pas du tout prête à faire machine arrière, en témoigne le nouveau communiqué qu’elle vient de publier sur sa page facebook officielle. Cette fois-ci, c’est Medouar qui a eu pour son grade. «Suite à la sortie médiatique de Medouar sur la chaîne de radio internationale, la direction du club se fait l’obligation de répondre à ce dernier.

Medouar qui a échoué au niveau de la gestion de la Ligue (Près de deux ans sans nommer un secrétaire général, calendriers non précis, programmation anarchique des compétitions nationales, abandon de poste pendant un bon moment, scandales à répétition…) doit savoir que le président de la JSK n’a pas de leçons à recevoir de sa part, et ce, sur tous les plans, notamment celui de la moralité», lit-on d’emblée.

a


Et d’ajouter : «Medouar qui s’est montré incapable de gérer la LFP et dont l’incompétence, à ce sujet, a été compostée, si besoin est, par le dernier verdict rendu par le TAS de Lausanne dans l’affaire du match MCA-USMA, devrait éviter de s’ériger en donneur de leçons. Pour ce qui est des sanctions prononcées injustement à l’encontre du président Mellal et dont Medouar qualifie les propos qui en étaient la cause d’honteux, alors que c’est lui qui devrait avoir honte, ne reposent sur aucune base réglementaire, si ce n’est des actes dictatoriaux et d’intimidation d’une commission de discipline, loin d’être indépendante».

a


La direction kabyle a estimé, en outre, que «l’opinion publique sportive n’est pas dupe et sait que le seul tort du président, Mellal, est de dire haut et fort ceux que certains pensent tout bas».

Enfin, dans le communiqué de la direction des Lions de Djurdjura, l’on estime que «Medouar aurait dû répondre aux points relatifs à la transgression des textes en vigueur et les vices de formes soulevés ouvertement et publiquement par le président de la JSK».

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here