Accueil AFRIQUE La Guinée pourrait être dessaisie de l’organisation de la CAN-2025 : L’Algérie...

La Guinée pourrait être dessaisie de l’organisation de la CAN-2025 : L’Algérie se portera-t-elle candidate ?

0
PARTAGER
La Guinée pourrait être dessaisie de l’organisation de la CAN-2025 : L’Algérie se portera-t-elle candidate ?

L’Algérie en pole position au cas où la Guinée serait dessaisie de l’organisation de la CAN 2025 alors que le problème des infrastructures sportives afférentes à l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations peine à être résolu, du moins, définitivement par la Guinée.

Des pronostics actuels militent en faveur de l’Algérie au cas où la Guinée serait dessaisie de cette prestigieuse joute sportive du continent, selon certaines sources.

Avec le format actuel qui a changé, en passant de 18 à 24 équipes, le cahier de charges de la Confédération africaine de Football (CAF) exige un minimum de six stades de compétition, dont quatre stades d’entraînement pour chaque site.

À ceci, viennent se greffer d’autres infrastructures, entre autres, les hôtels, le signal satellite, mais aussi et surtout les voies de communication. Car, si la distance entre deux sites de compétition excède les 200 kilomètres, les officiels et les athlètes doivent voyager par avion. La capitale Conakry et les chefs-lieux des régions administratives de Kindia, Boké, Labé, Kankan et N’zérékoré sont les sites de compétition retenus à cet effet, et qui doivent avoir chacun son aéroport, sauf Kindia qui se trouve à moins de 200 kilomètres de Conakry.

Mais le président de la Confédération africaine de football (CAF) continue de défendre sa décision de choisir le Maroc pour accueillir de nombreux évènements footballistiques cette année.

«Plusieurs pays souhaitent concourir pour l’organisation d’évènements de la CAF, mais vous ne pouvez pas le faire sans le soutien du gouvernement», a expliqué Patrice Motsepe, s’exprimant lors d’un Forum organisé à Johannesburg.

Le Maroc a été le pays hôte de la finale de la Ligue des champions de la CAF cette année. Une décision qui a suscité un tollé, soulevé notamment par les géants du club égyptien Al-Ahly. Le royaume accueillera également la Coupe d’Afrique des nations féminine et les CAF Awards le mois prochain, rappelle le journal sud-africain, Sunday Times.

«On ne peut pas être président de l’organisation et ne pas se conformer aux règles et règlements. Je respecte donc la légalité. Des décisions ont été prises», a expliqué le président de la CAF à propos des doléances du club égyptien qui a perdu la finale face au Wydad de Casablanca. Patrice Motsepe a assuré qu’«aucun pays, aucun club ou nation ne bénéficiera d’un statut privilégié» tant qu’il est président de la CAF.

«Je peux parfaitement comprendre le mécontentement du président d’Al-Ahly et nous veillerons à traiter tout le monde de la même manière», a-t-il déclaré.

«Encore une fois, le problème (que le Maroc accueille la finale, ndlr) n’est pas ce que sont les faits. C’est un problème de perception», a expliqué le président de la CAF, assurant que «le Maroc, plus que tout autre pays d’Afrique, alloue et donne de l’argent pour le développement du football sur le continent. Les jeux de coulisses ont déjà commencé, tentons nous de dire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici