PARTAGER

Le gardien de but international, Alexandre Oukidja, a le vent en poupe cette saison. Il continue de réaliser de belles performances sur le plan personnel avec son club le FC Metz qui est bien parti pour rester en Ligue 1.

L’on peut dire ainsi que c’est l’année de la reconnaissance pour ce portier qui a vécu longtemps dans l’ombre des autres keepers depuis qu’il a commencé en 2006 en pro. Deux fois élu meilleur joueur du mois de son club FC Metz, Alexander Oukidja a été sélectionné dans l’équipe-type de la 25e journée par le journal L’Équipe.




Considéré comme l’un des meilleurs portiers de la L1, Oukidja a réalisé une belle prestation lors de la dernière sortie de son équipe à Nantes réalisant des arrêts décisifs devant les attaquants nantais. Grâce au talent du portier international algérien, le FC Metz s’est extirpé de la zone rouge.

Il faut dire qu’Oukidja est resté sur la lignée de ses belles copies rendues en Ligue 2 française où il avait brillé de mille feux la saison passée.
Souvent cité en sélection algérienne ces dernières années, le gardien formé à Lille OSC a profité de l’arrivée de Djamel Belmadi chez les Fennecs pour recevoir ses premières convocations avec l’Algérie.




Appelé une première fois face à la Gambie en septembre 2018 puis mis de côté le mois suivant face au Bénin en octobre, Oukidja a été rappelé en novembre pour la rencontre face au Togo sans toutefois entrer en jeu. Revenons sur ses premiers pas en équipe nationale, il dira : «C’était une démarche personnelle pour la mémoire de mon père et de mon grand-père. C’est aussi une fierté d’être sélectionné, de côtoyer des internationaux et de découvrir l’Afrique».

Et de poursuivre : « jouer pour la sélection, c’est un autre contexte. La première fois en sélection, en Gambie, je n’ai rien dit, j’ai observé. La deuxième fois, j’étais toujours impressionné par l’environnement africain. C’est bon enfant, c’est la fête, les supporters sont nombreux, on sent une fierté. Tout est amplifié. Nous, on a de la chance d’avoir un centre d’entraînement en Algérie. On s’y prépare avant les déplacements.




Au Togo, d’ailleurs, on a joué une compétition internationale dans un stade municipal. Il faut s’adapter à tout. Moi, je le fais avec plaisir.» Il estime par ailleurs qu’il a vraiment mis du temps pour être appelé en équipe nationale : « Depuis 2012, Vahid Halilodzic parlait de moi en sélection, mais je n’ai eu mes papiers qu’en mai. Les supporters étaient contents de me voir arriver».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here