Accueil LES VERTS Face à l’éventualité de retirer à la Guinée l’organisation de la CAN-2025...

Face à l’éventualité de retirer à la Guinée l’organisation de la CAN-2025 : Cinq atout plaident pour l’Algérie

0
PARTAGER
Face à l’éventualité de retirer à la Guinée l’organisation de la CAN-2025 : Cinq atout plaident pour l’Algérie

Que de bruit court ces dernières semaines sur l’éventualité de voir la Confédération africaine de Football (CAF) retirer l’organisation de la phase finale de la CAN- 2025 à la Guinée, surtout à cause du retard accusé dans le lancement des projets des équipements footballistiques concernés par le rendez-vous. 

Dans la foulée, Plusieurs pays ont été pressentis pour succéder à la Guinée dans l’organisation de cet événement continental, à l’instar de l’Algérie qui revient en force pour accueillir des événements sportifs au cours de la période récente. Les observateurs estiment d’ailleurs que l’Algérie dispose de pas moins de cinq atouts qui lui permettent de postuler à l’organisation de l’évènement pour la deuxième fois de son histoire après avoir organisé l’édition de 1990 à Alger et Annaba. 

Le premier atout qui consolide une éventuelle candidature algérienne pour abriter la CAN-2025, si l’organisation est retirée de la Guinée, à trait aux infrastructures dont le pays s’est doté en matière de stades et de centres d’entrainement modernes, comme le stade olympique Miloud Hadfi à Oran, qui a accueilli la dernière édition des Jeux Méditerranéens et a admiré par les participants. 

Aussi, l’Algérie s’apprête à réceptionner pas moins de trois autres stades aux normes internationales, à savoir, Baraki, Douéra et Tizi-Ouzou, sans oublier les travaux de modernisation que subissent les stades de Constantine, Blida et Annaba. 

Ce qui plaide aussi en faveur de l’Algérie dans ce dossier est l’attitude des plus hautes autorités du pays en affichant une grande volonté pour organiser des évènements sportifs de haute facture, comme ce fut le cas récemment à l’occasion de la 19ème édition de les Jeux Méditerranéens tenue à Oran et pour laquelle l’État algérien à mobilisé de gros moyens à tous les niveaux comme ont tenu du reste à le souligner les responsables du Comité international de ces jeux eux mêmes. 

D’ailleurs, lors de l’audience qu’il a accordée il y a quelques joursbd  au président de la CAF, Josep Motsepe, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a clairement montré la disponibilité de l’Algérie pour contribuer dans la progression du football africain.

Il faut dire que même la première instance footballistique continentale ne devrait pas s’opposer au retour de la CAN en Afrique du Nord qui a été privée de cet évènement depuis plusieurs années. 

Lors des 22 ans dernières années, les pays de cette région n’ont accueilli la CAN que trois fois, en Tunisie (2004) et en Égypte (2006, 2019), contre 9 éditions déroulées en Afrique de l’Ouest et en Afrique du Sud pendant cette même période, en attendant la prochaine édition qui aura lieu en Côte d’Ivoire. 

Cela se passe au moment où la CAN a été retirée de deux pays nord africains à savoir la Libye en 2013 à cause de la situation sécuritaire instable qui y prévalait à l’époque et le Maroc en 2015 en raison de la propagation du virus Ebola. 

En tout cas, l’Algérie aura l’occasion de confirmer sa valeur et sa capacité à accueillir la Coupe d’Afrique des Nations 2025, à travers la prochaine édition du championnat d’Afrique des joueurs locaux « CHAN », que le pays abritera au début de l’année prochaine (2023), et qui sera une répétition générale en prévision d’une éventuelle organisation de la CAN2025, et un message à la « CAF » que le pays dispose de tous les équipements logistiques qui permettent d’organiser l’une des meilleures copies de la messe footballistique continentale. 

Cinquième atout de l’Algérie est liée à l’engouement populaire pour le football en particulier et le sport en général. Cela s’est d’ailleurs vérifié lors des précédents jeux méditerranéens à Oran qui ont été marqués par une affluence record dans tous les stades et salles sportives, contribuant grandement à la réussite de cette édition oranaise pendant laquelle l’Algérie a placé la barre très haute.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici