PARTAGER

Depuis qu’il a succédé à Rabah Madjer, l’entraineur national Djamel Belmadi réclamait du temps pour mettre en place sa stratégie de jeu.

Entre temps, il devait faire face aux exigences de l’heure, à leur tête le challenge des éliminatoires de la CAN-2019, un challenge réussi puisque les Verts se sont qualifiés à la phase finale prévue en Egypte avant même la dernière journée qui aura lieu le 22 du mois courant.

A présent, le coach national passe à la préparation du rendez-vous continental, et ce en mettant en place un plan de jeu susceptible de permettre au ‘’Club Algérie’’ de réaliser son objectif, à savoir terminer parmi les ténors continentaux.




Une mission ô combien difficile, surtout que certains paramètres entrent en jeu et risquent de jouer un mauvais tour au sélectionneur national.

On pense notamment au secteur défensif où Belmadi devra déjà se passer des services de deux joueurs devenus des pions essentiels dans son échiquier.

On fait allusion à Mehdi Tahrat, et Oussama Chita qui a excellé dans son poste de sentinelle lors de sa première apparition avec l’équipe nationale première à Lomé, face au Togo.




Du coup, l’ancien joueur de l’Olympique de Marseille est contraint de trouver des solutions car jusque-là on ne sait pas si le joueur Tahrat sera prêt à temps pour prendre part à la CAN. Il est clair que les solutions existent, à l’image de Djamel Benlamri, Ramy Bensebaïni ou même Ilyias Hassani.

Mais la solution qui semblerait la plus plausible et la plus adéquate au vu de ses prestations avec son club espagnol du Real Betis à l’heure actuelle c’est celle d’Aïssa Mandi.

Ce dernier, qui a hérité du brassard du capitaine a été pour la première fois depuis qu’il avait rejoint l’EN écarté des plans de Belmadi lors du match aller face au Bénin, le 12 octobre dernier, avant qu’il ne soit aligné au cours du match suivant, quatre jours plus tard face à cette même équipe béninoise.




Cependant, dans ce match, Mandi a été aligné comme arrière droit lui préférant dans l’axe Mehdi Tahrat et Ramy Bensebaïni. Cela pourrait pousser à déduire que c’est le poste d’arrière droit que lui préfère Belmadi, mais en la présence de Youcef Atal il est difficile de jouer dans ce couloir de la défense.

C’est dire qu’au vu de ses performances avec le Betis Séville, du côté du staff technique national il serait peut-être nécessaire de revoir certains schémas avec le replacement de Mandi dans l’axe, en tentant de lui trouver le joueur avec qui il constituera la paire complémentaire capable de faire face aux ténors africains lors de la prochaine CAN.

Son expérience avec Bensebaïni lors de la précédente CAN n’a pas été une réussite, rappelle-t-on.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here