PARTAGER

Comme il l’a lui-même affirmé dernièrement dans un entretien accordé au site officiel de la FAF, l’entraîneur national, Djamel Belmadi, est en contacts avec ses joueurs, notamment en ces temps difficiles que connait le monde entier frappée de plein fouet par le coronavirus.
Et s’il y a deux cas qui inquiètent Belmadi à l’heure actuelle c’est bien ceux du défenseur central Djamel Benlamri, et le milieu offensif, Youcef Belaïli. Les deux joueurs sont toujours bloqués en Algérie, respectivement à Alger et Oran et ne parviennent pas à rejoindre leurs clubs respectives en Arabie saoudite, à savoir Al Chabab et Al Ahly.




Ce n’est pas tout, puisque l’avenir de ces deux joueurs dans leurs formations est désormais dans le flou. En effet, avant l’interruption de la compétition en mars dernier après la propagation de la pandémie, les deux internationaux algériens étaient en désaccord avec leurs dirigeants.
Il était même question pour eux de changer d’air dès cet été. Mais voilà que la crise sanitaire est venue tout chambouler. Elle a même refroidi les clubs intéressés par leurs services en raison de l’impact de cette crise sur leur situation financière.




Belaïli, par exemple, a conclu un deal avec son employeur il y a plusieurs semaines, pour la résiliation de son contrat en contrepartie d’une indemnité de 4 millions d’euros que payera son futur club.
Là aussi Youssef ne croule pas sous les offres. Récemment Saint- Etienne avait fait une approche auprès du club saoudien, mais sans suite. Idem pour Nîmes qui, à l’opposé de Saint-Etienne, d’après ce qui se dit, insisterait toujours pour le recruter, sinon la piste Galatasaray s’est éteinte car le club stambouliote qui est frappé par une crise financière ne s’est toujours pas débarrassé de ses gros salaires, dont Sofiane Feghouli.




Ainsi, pour tout résumer, la meilleure des solutions pour le meilleur joueur du continent africain en 2019 est de réintégrer son club d’Al Ahly Djeddah plutôt que d’espérer décrocher un contrat dans un club européen alors que le marché, en raison de la crise sanitaire, demeure relativement calme.
Même cas de figure pour son coéquipier Benlamri. Ce dernier, qui touche un salaire annuel de l’ordre de 1,4 million de dollars, aura des difficultés à trouver un club capable de lui assurer un tel salaire.




Cela se passe au moment où les Saoudiens d’Al-Ahly ambitionnent de le transférer dans un autre club afin d’en tirer des dividendes, au lieu de le voir partir gratuitement à l’issue de son contrat qui expire en juin 2021.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here