PARTAGER

L’attaquant Baghdad Bounedjah, sociétaire d’Al Sadd, dans le championnat du Qatar, a estimé mercredi que « la concurrence n’existait qu’en club », faisant que chaque joueur doit « éprouver de la fierté d’être en équipe nationale » même s’il n’y joue pas forcément comme titulaire.

« En club, on cherche à gagner sa place, mais en sélection, c’est différent. On est là pour notre pays. Si l’entraîneur décide de nous faire jouer, on se donne à 100%. Dans le cas contraire, on respecte son choix et on se transforme en premier supporter de l’EN », a expliqué l’ancien fer de lance de l’USM El Harrach en conférence de presse au Centre technique national de Sidi-Moussa (Alger), en prévision du match face au Nigeria, vendredi pour le compte de la 6e et dernière journée des éliminatoires du Mondial-2018.

C’était en réponse à une question sur la rude concurrence qui sévit actuellement en attaque de la sélection nationale, en présence notamment de certains joueurs chevronnés, comme Islam Slimani, qui de surcroît évoluent dans de grands championnats européens et qui risquent donc de bloquer son épanouissement chez les Verts.

Interrogé à propos des raisons qui ont retardé son retour en sélection alors qu’il était très prolifique en club, l’ancien buteur de l’USMH et de l’Etoile sportive du Sahel (Tunisie) a estimé que ce n’était pas à lui qu’on devait poser cette question, mais plutôt aux personnes qui ne l’avaient pas convoqué, car « c’était leur choix ».

Bounedjah a assuré cependant qu’il ne tenait rancune à personne et qu’il respectait tous les choix, y compris ceux qui lui sont défavorables, « car c’est l’intérêt de la sélection qui passe en premier et non l’intérêt personnel ».

L’attaquant d’Al Sadd a conclu qu’il était « prêt à 100% », ajoutant que si le sélectionneur national Rabah Madjer déciderait de le faire jouer, il fera le maximum pour être à la hauteur de la confiance placée en lui.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here