PARTAGER

Le directeur technique de la Confédération africaine de football (CAF) Abdelmoneim Hussein « Chatta » a affirmé ce lundi que l’arbitre international algérien Mehdi Abid Charef, auteur d’un arbitrage « très critiqué » en finale (aller) de Ligue des champions d’Afrique vendredi dernier à Alexandrie entre Al-Ahly du Caire et l’ES Tunis (3-1) n’a pas été sanctionné.

« Tout ce qui a été rapporté à propos d’une sanction contre l’arbitre Abid Charef est faux. Je pense que l’ensemble des penalties accordés lors de de cette rencontre sont valables. », a indiqué le dirigeant de la CAF, cité par le compte Twitter du quotidien égyptien Al-Ahram.

Abid Charef a attiré les foudres de la formation tunisienne en accordant deux penalties aux Egyptiens, jugées « imaginaires » par l’EST, tout en recourant à chaque fois à la VAR (assistance vidéo à l’arbitrage).

Le compte twitter de l’EST avait qualifié de  » mascarade » l’arbitrage de Mehdi Abid Charef, pourtant considéré comme l’un des meilleurs arbitres sur le continent africain. Il est retenu ainsi son compatriote Abdelhak Etchiali pour officier à la Coupe du mondes clubs 2018 aux Emirats arabes unis.

Le président de la fédération algérienne de football (FAF) Kheireddine Zetchi a réagi lundi, sur les ondes de la radio chaîne 3, à cette polémique.

« Abid Charef n’a pas fait une grande finale (aller). Toutefois, aller jusqu’à l’accuser d’avoir touché de l’argent, j’espère que les propos ne sont pas sérieux. Pour nous, il reste un arbitre international de qualité. Lors du mondial 2018, il y a avait eu des erreurs d’arbitrage. Un arbitre peut se tromper au niveau d’une action et commettre une faute d’appréciation ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here