PARTAGER

Dans la continuité du malaise qui secoue le football algérien à tous les niveaux, c’est un énième bras de fer qui surgit entre deux acteurs du sport roi dans le pays. Il s’agit cette fois-ci du président de la LFP, Abdelkrim Medouar, et son homologue de la JSK, Cherif Mellal.

A l’origine, le décalage de 24 heures de la prochaine journée, soit la 12ème qui devait avoir se dérouler initialement lundi avant qu’elle ne soit reportée pour le lendemain.

Une décision qui n’a pas été du goût du boss kabyle, dont l’équipe affrontera pour la circonstance l’USMA dans un choc comme au beau vieux temps, étant donné que les Kabyles sont revenus en force cette saison et sont invaincus depuis le début de cet exercice.



Il faut dire que Mellal risque de sortir perdant dans ce bras de fer avec Medouar. Le patron de la JSK, sans doute revigoré par le parcours de premier ordre des siens, est allé jusqu’à appeler à une réunion avec ses pairs présidents des clubs de deux premières ligues pour «destituer Medouar», selon ses propos.

Cet appel n’a guère été suivi par les autres présidents des clubs. D’ailleurs, la majorité d’entre eux lui ont réservé une fin de non recevoir. Et du coup, le conclave que voulait organiser Mellal n’aura ainsi jamais lieu.

Ce n’est pas tout, puisque le Ministre de la jeunesse et des sports, Mohamed Hattab, et avec des termes à peines voilés, a remis Mellal à sa place, en déplorant ce qu’il a qualifié de comportements irresponsables de certains présidents de clubs, non sans les exhorter à éviter les déclarations tendancieuses qui ne servent aucunement le football algérien, notamment en cette période précise marquée par la retour en force du phénomène de la violence dans les stades.



Quant à Medouar, dont la programmation a été clairement vantée par certains responsables de clubs, à l’image de Hammar, Serrar et Kaci Saïd, campe sur la programmation pour mardi de la prochaine journée.

C’est lui-même qui le précise d’ailleurs : «Je vous déclare que les dates de ces matches sont maintenus. Et puis, en sa qualité de quoi le président de la JSK veut réunir les présidents de club ? Il n’a pas le droit de parler des affaires de la LFP ! D’ailleurs, à ce propos j’appelle les présidents de club à la sagesse et les invite à mesurer leurs propos.

Il faut éviter de faire comme le président de la JSK qui, d’ailleurs, n’a même pas daigné nous contacter pour contester cette programmation. Il est allé directement crier au scandale dans les journaux», s’est insurgé l’ancien président de l’ASO Chelf.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here