PARTAGER

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Abderraouf Bernaoui, a estimé mardi à Oran, que « le mode professionnel dans le football algérien a été voué à l’échec après huit ans de pratique ».

« Au regard des gros moyens mobilisés par l’Etat au profit des clubs de football, notamment ceux de l’élite, je peux dire sans risque de me tromper que les résultats sont loin des espérances. Après huit ans de professionnalisme, l’échec est palpable, ce qui devrait conduire les responsables de la FAF à engager une réflexion dans ce registre », a-t-il déploré en marge de sa visite d’inspection au niveau des chantiers du complexe sportif d’Oran.

« Je rappelle que des décisions historiques et vitales seront prises dans les prochaines jours par le Conseil du gouvernement qui concernent notamment les clubs de la Ligue 1, et ce, afin de les soulager sur le plan financier vu que la quasi-totalité d’entre eux sont confrontés à d’énormes problèmes dans ce registre », a-t-il ajouté.




Pour remettre le train sur rails, la FAF a procédé à un changement du système de compétition, à l’occasion de l’assemblée générale extraordinaire tenue mardi matin à Alger et qui a approuvé à l’unanimité le nouveau système de compétition.

Le changement touchera tous les paliers et porte notamment sur la réduction du nombre des clubs professionnels à 18 clubs au lieu de 32 à partir de la saison prochaine.
Invité à donner son avis à ce propos, le ministre dira « seul le temps jugera si la décision portant sur le changement du système de compétition des différents paliers dans le football algérien a été judicieuse ou non ».

« En tant que ministère, nous n’avons pas le droit de nous interférer dans les affaires des fédérations.




La Fédération algérienne de football (FAF), par le biais de son assemblée générale, a adopté un nouveau système de compétition que personne ne peut le juger maintenant », a-t-il poursuivi.

Cette option a pour but de « sauver le professionnalisme » en Algérie, selon le président de la FAF, Kheïreddine Zetchi, lequel professionnalisme instauré en 2010 mais qui a conduit à la faillite de la quasi-totalité des clubs concernés.

Assurant être en contacts permanents avec la FAF au sujet notamment du changement du système de compétition pour prendre les mesures nécessaires au profit des clubs de l’élite, le même responsable a tenu a adresser un message aux clubs qui leur reproche notamment « le peu d’intérêt accordé à la formation ».




« Ce que je constate, c’est que tous les moyens financiers sont orientés par les dirigeants de clubs vers leurs équipes premières, négligeant totalement la formation qui demeure pourtant la gage de la réussite de tout projet sportif », s’est-il encore insurgé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here