Slimani est-il déjà indésirable à Leicester City ? Tout porte à le croire si l’on se réfère aux médias anglais qui ont annoncé, jeudi, que ce club a décidé de mettre les 6 joueurs recrutés l’été 2016 sur le marché.

Une grosse désillusion pour le buteur de la sélection nationale, si cela venait à se confirmer. Pourtant, les Fox avaient cassé leur tirelire l’été passé pour racheter le contrat de l’attaquant algérien de son ex-club portugais, Sporting Lisbonne. Son transfert a été estimé à près de 35 millions d’euros.

Non épargné par les blessures, l’ancien joueur du CRB avait quand même réussi certaines de ses apparitions avec le club champion d’Angleterre lors de la saison 2015-2016, et ce, pour la première fois de son histoire. Il a d’ailleurs marqué huit buts en 29 apparitions, toutes compétitions confondues. Mais cela n’était pas suffisant aux yeux de son entraîneur, étant donné que l’attaquant de pointe des Verts était souvent relégué sur le banc de touche quand il était apte à jouer.

Selon la presse anglaise, Leicester voudrait vite oublier la saison cauchemardesque vécue l’an passé, lorsqu’il avait failli descendre en deuxième division une année après sa consécration historique, et s’est mis à chasser les recrues de son ex-entraîneur Claudio Ranieri, dont Slimani. The Sun a précisé que Slimani serait sur les tablettes du club anglais de Newcastle qui serait tenté de le recruter, contrairement à West Ham, où il a été annoncé dernièrement. Selon la presse anglaise toujours, la direction de West Ham n’est plus intéressée par le recrutement de Slimani.

Le premier responsable de la barre technique des Hammers, Bilic, aurait d’autres priorités pour renforcer son compartiment offensif. Et si Slimani venait à quitter Leicester, il paiera tout simplement les frais de l’arrivée imminente de l’attaquant nigérian Kelechi Iheanacho, qui est sur le point de rejoindre Leicester en provenance de Manchester City.

Reste à savoir si le joueur algérien de 29 ans consent à revenir au Sporting Lisbonne où l’on souhaite le récupérer, mais pas à n’importe quel prix.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE